La formation infirmière

La formation infirmière

Trois années de formation sont nécessaires pour obtenir son diplôme d’état d’infirmier.
Elle se déroule en alternance entre des cours dispensés à l’IFSI, et des stages sur le terrain.

Nombres de places : 75

Conditions : 

  • Avoir 17 au moins au 31 décembre de l’année des épreuves de sélection
  • Être titulaire du baccalauréat ou de l’équivalence de ce diplôme
  • Pour les candidats relevant de la Formation Professionnelle Continue (article L6311-1 du code du travail) :
    • Justifier d’une durée minimum de 3 ans de cotisation à un régime de protection sociale
    • Avoir réussi les épreuves de sélection

Comment :

  • Pour les bacheliers ou équivalents : inscriptions sur la plateforme PARCOURSUP

Pour découvrir le calendrier complet de Parcoursup, cliquer ici

Calendrier des épreuves de sélection 2022 à venir.

La rentrée se déroule début septembre.

Objectifs :

  • Professionnaliser le parcours de l’étudiant
  • Amener l’étudiant à devenir un praticien autonome, responsable et réflexif
  • Permettre à l’étudiant de développer des ressources théoriques et méthodologiques, en habiletés gestuelles et en capacités relationnelles
  • Apprendre à l’étudiant à reconnaître ses émotions
  • Favoriser le développement d’une éthique

Durée :

  • 6 semestres sur 3 années, 4200 heures dont :
    • 750h de cours magistraux
    • 1 050h de travaux dirigés
    • 2 100h de stages cliniques soit 50% de la formation
    • 300h de travail personnel guidé

Méthodes mobilisées :

  • La formation en soins infirmiers est basée sur l’alternance intégrative :

    • Apprentissage théorique

    • Apprentissage pratique

  • La formation est structurée autour de l’étude de situations cliniques privilégiant une pédagogie participative, démonstrative et active. l’attestation ou la reconnaissance des apprentissages. Elle survient au terme d’un processus d’enseignement et sert à sanctionner ou à certifier le degré de maîtrise des apprentissages des étudiants.

Evaluation :

  • Évaluation formative : a pour fonction de favoriser la progression des apprentissages et de renseigner l’étudiant sur les acquis ou les éléments à améliorer.

  • Évaluation sommative : a pour fonction l’attestation ou la reconnaissance des apprentissages. Elle survient au terme d’un processus d’enseignement et sert à sanctionner ou à certifier le degré de maîtrise des apprentissages des étudiants.

Les évaluations peuvent être individuelles ou groupales, écrites ou orales voire sous la forme d’ateliers pratiques pour certaines UE.

Certification :

Les étudiants ayant validé les 5 premiers semestres de la formation soit l’équivalent de 150 crédits et ayant effectué la totalité des épreuves et des stages prévus pour la validation du semestre 6 sont autorisés à se présenter devant le jury régional d’attribution du diplôme d’État d’infirmier, il vaut grade de Licence et s’inscrit dans le dispositif universitaire Licence-Master-Doctorat.

Le professionnel en soins infirmiers

L’infirmier(e) est un professionnel de santé qui réalise des soins préventifs, curatifs ou palliatifs afin d’améliorer, maintenir, promouvoir ou restaurer la santé. Il participe également à différentes missions d’éducation à la santé, de formation, de coordination ou d’encadrement.

L’infirmier(e) exerce ses compétences dans le cadre de la prescription médicale et dans le cadre de son rôle propre, ce dernier lui permettant d’agir en totale autonomie et de prendre les initiatives et accomplir les soins qu’il juge nécessaires.

L’infirmier(e) assure le plus souvent ses missions au sein d’une équipe pluridisciplinaire (médecins, aides-soignants, kinésithérapeute, assistante sociale…). Par ailleurs, lorsqu’il intervient dans le cadre de son rôle propre, l’infirmier peut déléguer certains soins qui entrent dans le champ de compétence de l’aide-soignant ou de l’auxiliaire de puériculture qui sont sous sa responsabilité.

L’infirmier(e) dispose sous conditions réglementaires, d’un droit de prescription bien délimité (prescription de substituts nicotiniques, de dispositifs médicaux, renouvellement des contraceptifs oraux)

Le champ d’exercice de l’infirmier(e) est très vaste, ce qui lui permet de développer de nombreuses compétences et expériences tout au long de sa carrière. Il peut exercer sa profession en milieu hospitalier, en EHPAD, en entreprise, en milieu scolaire, dans une structure associative, médico-sociale, à domicile…

Les deux principaux textes qui régissent la profession infirmière sont le Décret n° 2004-802 du 29 juillet 2004 qui définit le champ d’action, les missions et les actes que l’infirmier(e) est autorisé(e) à réaliser ainsi que le Code de Déontologie qui précise les règles professionnelles communes à tous les infirmiers et infirmières, quels que soient leur mode d’exercice.

La définition du métier :

Evaluer l’état de santé d’une personne et analyser les situations de soins ; concevoir et définir des projets de soins

personnalisés ; planifier des soins, les prodiguer et les évaluer ; mettre en œuvre des traitements.

Les infirmiers dispensent des soins de nature préventive, curative ou palliative, visant à promouvoir, maintenir et restaurer la santé,

ils contribuent à l’éducation à la santé et à l’accompagnement des personnes ou des groupes dans leur parcours de soins en lien

avec leur projet de vie. Les infirmiers interviennent dans le cadre d’une équipe pluriprofessionnelle, dans des structures et à domicile,

de manière autonome et en collaboration.

Extrait du portfolio de l’étudiant

 

Durée de la formation

  • 3 années de formation (36 mois)‏
    • 6 semestres, chacun permettant l’acquisition de 30 ECTS
  • Une formation de 4 200 heures
    • 2 100 heures d’enseignement théorique
    • 2 100 heures d’enseignement clinique (stages), soit :
      • 5 semaines en S1
      • 10 semaines en S2, S3, S4 et S5
      • 15 semaines en S6
    • Estimation de 900 heures de travail personnel complémentaire
  • 28 semaines de vacances sur les 3 années de formation.

 

Les objectifs de la formation au diplôme d’Etat d’infirmier ou d’infirmière

Pour exercer comme infirmier ou infirmière, le diplôme d’Etat est obligatoire, reconnu depuis 2009 au grade de licence dans toute l’Union Européenne, visant comme principaux objectifs :

  • Professionnaliser le parcours de l’étudiant
  • Amener l’étudiant à devenir un praticien autonome, responsable et réflexif
  • Permettre à l’étudiant de développer des ressources théoriques et méthodologiques, en habilités gestuelles et en capacités relationnelles
  • Apprendre à l’étudiant à reconnaître ses émotions
  • Favoriser le développement d’une éthique professionnelle

Il s’agit pour l’étudiant infirmier ou infirmière, d’acquérir les compétences nécessaires pour répondre aux besoins de santé des personnes, dans le cadre d’une pluri-professionnalité. Ces compétences sont au nombre de dix, celles-ci sont rédigées en termes de capacités devant être maitrisées par les professionnels et attestées par l’obtention du Diplôme d’Etat.

  • C1. Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine infirmier
  • C2. Concevoir et conduire un projet de soins infirmiers
  • C3. Accompagner une personne dans la réalisation de ses soins quotidiens
  • C4. Mettre en œuvre des actions à visée diagnostique et thérapeutique
  • C5. Initier et mettre en œuvre des soins éducatifs et préventifs
  • C6. Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins
  • C7. Analyser la qualité des soins et améliorer sa pratique professionnelle
  • C8. Rechercher et traiter des données professionnelles et scientifiques
  • C9. Organiser et coordonner des interventions soignantes
  • C10. Informer et former des professionnels et des personnes en formation

 

Méthodes mobilisées

La formation en soins infirmiers alterne entre un apprentissage théorique (cours magistraux, travaux dirigés…) et un apprentissage pratique (ateliers pratiques).

La formation est structurée autour de l’étude de situations cliniques privilégiant une pédagogie participative, démonstrative et active.

L’évaluation formative a pour fonction de favoriser la progression des apprentissages et de renseigner l’étudiant sur les acquis ou les éléments à améliorer.

L’évaluation sommative a pour fonction l’attestation ou la reconnaissance des apprentissages. Elle survient au terme d’un processus d’enseignement et sert à sanctionner ou à certifier le degré de maîtrise des apprentissages des étudiants.

Les évaluations peuvent être individuelles ou groupales, écrites ou orales voire sous la forme d’ateliers pratiques pour certaines UE.

 

Les principes pédagogiques

Le référentiel de la formation d’infirmier ou d’infirmière est articulé autour de l’acquisition des compétences requises pour l’exercice des différentes activités du métier.
Il met en place une alternance entre l’acquisition de connaissances et de savoir-faire reliés à des situations professionnelles, avec une pratique régulière de l’analyse de situations professionnelles.

La formation est structurée autour de l’étude de situations donnant aux étudiants l’occasion de travailler trois paliers d’apprentissage :

  • Comprendre
  • Agir
  • Transférer

Le parcours de formation tient compte de la progression de chaque étudiant dans sa manière d’acquérir les compétences.

Les contenus de formation tiennent compte de l’évolution des savoirs et de la science.
Ils font une place à l’enseignement des sciences et des techniques infirmières.

Ce parcours développe ainsi l’autonomie et la responsabilité de l’étudiant, qui construit son cheminement vers la professionnalisation.

 

Référentiel et contenu des enseignements

Le référentiel de formation est construit par alternance entre des temps de formation théorique réalisés dans les instituts de formation et des temps de formation clinique réalisés sur les lieux où sont dispensées des activités de soins.

L’enseignement en institut de formation est dispensé sur la base de 35 heures par semaine, dont les modalités sont prévues par les responsables de l’I.F.S.I.
La durée de présence en stage est de 35 heures par semaine dont les modalités d’organisation sont prévues par les responsables de l’encadrement de stage, en accord avec les responsables de l’I.F.S.I.
La présence lors des travaux dirigés et des stages est obligatoire. Certains enseignements en cours magistral peuvent l’être en fonction du projet pédagogique. Ils sont alors dits C.M.P.O (Cours Magistral avec Présence Obligatoire).
La formation théorique s’articule autour d’unités d’enseignement qui sont en lien les unes avec les autres et contribuent à l’acquisition des compétences.

Les unités d’enseignement couvrent 6 champs :

  1. Sciences humaines, sociales et droit
  2. Sciences biologiques et médicales
  3. Sciences et techniques infirmières, fondements et méthodes
  4. Sciences et techniques infirmières, interventions
  5. Intégration des savoirs et posture professionnelle infirmière
  6. Méthodes de travail

Le référentiel de formation du Diplôme d’Etat d’infirmier est constitué de 36 matières de formation réparties dans 59 unités d’enseignement pour permettre une progression pédagogique cohérente. Il y a un lien entre les unités d’enseignement et l’acquisition des compétences. Chaque unité d’enseignement (UE) contribue à l’acquisition des compétences du référentiel.

Les stages

Parallèlement les étudiants réalisent des stages au cours desquels ils valident les éléments de chacune des compétences en fonction de la spécificité des lieux de stage. La proportion des stages croit au fur et à mesure de la formation, de 5 semaines en semestre 1 à 15 semaines en semestre 6.

L’IFSI de Chauny propose des stages dans le Centre Hospitalier de Chauny auquel il est rattaché mais aussi dans  de nombreux établissements de la région: Saint-Quentin, Soissons, Laon, Saint-Gobain, La Fère, Ham, Roye, Compiègne/Noyon, Guise, Prémontré, Péronne…

Au cours des stages, l’étudiant bénéficie d’un accompagnement personnalisé réalisé par le maitre de stage responsable de l’aspect organisationnel, un tuteur de stage pour la dimension clinique et d’un formateur référent de stage. L’IFSI de Chauny a fait le choix de déplacer le formateur référent sur le lieu de stage pour une rencontre tri partite (étudiant/tuteur/formateur).

 

Le diplôme d’Etat d’infirmier(e)

Certification

Les ECTS (European Credits Transfert System) ou crédits

La validation de chacune des Unités d’Enseignements et des stages permet l’acquisition d’E.C.T.S. Ces derniers sont attribués à l’issue de chaque semestre par la Commission d’Attribution des Crédits (CAC). Ainsi au cours d’un semestre, un étudiant peut capitaliser 30 ECTS, soit 180 ECTS à l’issu des 6 semestres de formation.

La capitalisation des 180 ECTS permet la présentation de l’étudiant au jury régional d’attribution du diplôme d’État d’Infirmier (DEI).

Le DEI obtenu à l’issue de la formation permet l’obtention d’un grade Licence, reconnu dans tous les pays de la communauté européenne.

Les modalités d’évaluation

Elles peuvent être individuelles ou groupales, écrites ou orales voire sont la forme d’ateliers pratiques pour certaines UE. Les enseignements semestriels  donnent lieu à 2 sessions d’examen.

Modalités de dispenses d’enseignement

Extraits du référentiel infirmier, juin 2020:

Art. 7 – (modifié par l’arrêté du 13/12/2018 – art. 3) Les personnes admises en formation peuvent faire l’objet de dispenses d’unités d’enseignements ou de semestres par le directeur d’établissement, après décision de la section compétente pour le traitement pédagogique des situations individuelles des étudiants au regard de leur formation antérieure validée, des certifications, titres et diplômes obtenus et de leur parcours professionnel.

Art. 8 – (modifié par l’arrêté du 13/12/2018 – art. 3) les candidats visés à l’article 7 déposent auprès de l’établissement d’inscription leur demande de dispense sur la base des documents suivants:

  1. La copie d’une pièce d’identité;
  2. Le(s) diplôme(s) originaux détenu(s);
  3. Le cas échéant, une attestation de validation d’ECTS de moins de 3 ans;
  4. Le cas échéant, le(s) certificat(s) du ou des employeurs attestant de l’exercice professionnel de l’intéressé dans une des professions identifiées au 2° de l’article 7;
  5. Un curriculum vitae;
  6. Une lettre de motivation;
  7. Une attestation de niveau de langue B2 française pour les candidats étrangers.

Quelles évolutions possibles ?

Plusieurs spécialisations permettent à l’infirmier d’évoluer dans sa profession et de découvrir d’autres missions : infirmier-anesthésiste, infirmier de bloc opératoire, puéricultrice, infirmier en pratique avancée
Après quelques années de pratique et une formation de cadre de santé, il peut évoluer vers des fonctions d’encadrement de service ou de formateur en institut de formation.
Après 2 ans passés en milieu hospitalier, l’infirmier peut également exercer dans le secteur libéral. Enfin, un infirmier peut être salarié dans des centres de santé, des entreprises, des écoles ou des associations humanitaires…

  • Infirmier anesthésiste Diplômé d’Etat (IADE)

L’infirmier anesthésiste est un infirmier spécialisé : ce professionnel a plus spécifiquement en charge la sécurité du patient au cours de son anesthésie, que celle-ci soit générale ou locale, qu’elle ait lieu au bloc opératoire, dans le cadre de la médecine d’urgence ou de la prise en charge de la douleur.

Formation: Pour accéder au métier d’infirmier anesthésiste, il faut au préalable être infirmier diplômé d’Etat depuis au moins 2 ans : ensuite, une formation de 2 ans dans une école spécialisée, recrutant sur concours, est nécessaire.

Évolutions – passerelles vers d’autres métiers: Cadre de santé d’unité de soins et d’activités paramédicales, cadre de santé, formateur en soins et activités paramédicales, spécialiste en hygiène, directeur des soins.

  • Infirmier de Bloc Opératoire Diplômée d’Etat (IBODE)

L’infirmier de bloc opératoire est un infirmier spécialisé exerçant au sein d’une équipe dans les blocs opératoires des hôpitaux ou des cliniques. En collaboration étroite avec le chirurgien, il prend en charge le patient dès son arrivée en salle d’opération jusqu’en fin d’intervention, en salle de réveil.

Formation: Pour accéder au métier d’infirmier de bloc opératoire, il faut au préalable être infirmier diplômé d’Etat ou sage-femme depuis au moins 2 ans : ensuite, une formation de 18 mois dans une école spécialisée, recrutant sur concours, est nécessaire.

Évolutions – passerelles vers d’autres métiers: Cadre de santé, responsable hygiéniste

  • Infirmier puériculteur

L’infirmier puériculteur est un infirmier spécialisé dans les soins apportés aux nouveau-nés et aux enfants. Sa mission principale : veiller à leur bonne santé et à leur bien-être général.

Formation: Pour accéder au métier d’infirmier puériculteur, il faut au préalable être infirmier diplômé d’Etat : ensuite, une formation d’un an dans une école spécialisée, recrutant sur concours, est nécessaire.

Évolutions – passerelles vers d’autres métiers: Encadrement de proximité d’unité de soins, formateur en soins et activités paramédicales, spécialiste en hygiène, directeur des soins, cadre de pôle

  • Cadre de santé

Pour ceux qui souhaitent manager une équipe de soins ou enseigner dans les instituts de formation en soins infirmiers, il est possible après cinq ans d’expérience de suivre la formation de cadre de santé. Elle se déroule sur 12 mois. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter la fiche métier sur le site du Ministère des Solidarités et de la santé.

IPA – Infirmier de Pratique Avancée, une nouvelle voie de spécialisation

Avec la pratique avancée, les professionnels infirmiers élargissent leurs compétences dans le champ clinique. Demain, une fois formés, ils pourront renouveler, adapter voire prescrire des traitements ou des examens, assurer une surveillance clinique, mener des actions de prévention ou de dépistage. Ceci se fera en accord avec des médecins qui leur confieront le suivi de certains de leurs patients dont l’état de santé est stabilisé. Et à condition d’exercer au sein d’une équipe de soins (par exemple en maison ou centre de santé, en établissement hospitalier ou médico-social).En plus de réduire les délais d’accès à une prise en charge, la pratique avancée est une nouvelle réponse pour accompagner l’évolution des besoins de santé de la population, notamment ceux liés aux maladies chroniques et au vieillissement

Formation: Se former à la pratique avancée nécessite au minimum 3 ans d’exercice. La formation – qualifiante – est organisée autour d’une 1ère année de tronc commun permettant de poser les bases de l’exercice infirmier en pratique avancée et d’une 2nde année centrée sur les enseignements en lien avec la mention choisie : soit pathologies chroniques stabilisées et poly-pathologies courantes en soins primaires, soit oncologie et hémato-oncologie, soit maladie rénale chronique, dialyse et transplantation rénale, soit en santé mentale et  psychiatrie. Au terme de sa formation, l’infirmier précise la mention choisie puis, une fois diplômé, est reconnu au grade universitaire de master.

Pour en savoir plus, consulter la fiche métier sur le site du Ministère de la santé et des solidarités

Les textes :

Décret n° 2019-835 du 12 août 2019 relatif à l’exercice infirmier en pratique avancée et à sa prise en charge par l’assurance maladie
Décret n° 2019-836 du 12 août 2019 relatif au diplôme d’État d’infirmier en pratique avancée mention psychiatrie et santé mentale
Décret n° 2018-633 du 18 juillet 2018 relatif au diplôme d’État d’infirmier en pratique avancée
Décret n° 2018-629 du 18 juillet 2018 relatif à l’exercice infirmier en pratique avancée

Arrêté du 12 août 2019 relatif à l’enregistrement des infirmiers en pratique avancée auprès de l’ordre des infirmiers
Arrêté du 12 août 2019 modifiant les annexes de l’arrêté du 18 juillet 2018 fixant les listes permettant l’exercice infirmier en pratique avancée en application de l’article R. 4301-3 du code de la santé publique
Arrêté du 12 août 2019 modifiant l’arrêté du 18 juillet 2018 relatif au régime des études en vue du diplôme d’État d’infirmier en pratique avancée
Arrêté du 18 juillet 2018 fixant la liste des pathologies chroniques stabilisées prévue à l’article R. 4301-2 du code de santé publique
Arrêté du 18 juillet 2018 fixant les listes permettant l’exercice infirmier en pratique avancée en application de l’article R. 4301-3 du code de santé publique
Arrêté du 18 juillet 2018 relatif au régime des études en vue du diplôme d’État d’infirmier en pratique avancée